Emprunt d’argent : 8 erreurs à éviter pour un emprunt intelligent !

Ever Invest, votre investissement locatif clé en main.

Avis Google ® Vérifiés 4,7
4.7/5

Présents depuis 2014, nous sommes une des premières sociétés d’investissement locatif clé en main en France. Avec comme objectif la meilleure rentabilité, nous vous proposons des colivings, des immeubles de rapport, des studios ou encore des colocations. Vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à vous inscrire sans frais pour lancer votre projet : inscription gratuite en 2min.

Sommaire

Actuellement, l’emprunt d’argent est devenu l’alternative la plus utilisée par les particuliers pour concrétiser leurs projets immobiliers. Cependant, la quête de financement peut parfois être semée d’embûches si l’on ne prend pas les précautions nécessaires. Pour vous aider à obtenir votre crédit de la façon la plus sécurisante possible, dans cet article, Ever Invest vous parles des huit erreurs à éviter lors de la recherche de crédit. En prenant en compte ces erreurs, il sera plus facile pour vous de garantir un projet de prêt immobilier intelligent.

Ne pas avoir une épargne adéquate pour constituer l’apport nécessaire

Vous prévoyez d’emprunter de l’argent auprès d’un établissement bancaire ou d’une organisation financière pour le financement de vos projets immobiliers ? Si c’est le cas, sachez que vous ne devez jamais négliger votre capital financier. Il faut que vous disposez d’assez d’argent pour couvrir cet apport nécessaire car l’épargne constitue le fondement d’un projet financier responsable. 

Si vous ne disposez pas de l’épargne suffisante pour constituer l’apport nécessaire, vous rencontrerez des problèmes tout au long de votre projet. En effet, son absence entraîne des conséquences néfastes pour votre projet. Mais quelles sont ces conséquences ?

Un montant de prêt réduit

L’absence d’épargne influence le montant de votre prêt. En effet, la majorité des banques en France évalue votre capacité d’emprunt en prenant en compte du pourcentage de votre apport personnel vis-à-vis du coût lié au projet immobilier qu’il s’agisse d’un achat, d’un travaux de rénovation, ou autre. 

En plus de faciliter l’obtention du crédit, un apport substantiel peut également vous faire jouir de conditions de crédit plus avantageuses. Si vous avez un capital suffisant, la banque peut par exemple vous accorder un taux d’intérêt plus bas, ce qui va réduire le coût de votre prêt immobilier.

Des difficultés liés au paiement du remboursement

Si votre épargne est insuffisante, il se peut que vous rencontriez des difficultés financières lors du paiement du remboursement. Le coût des mensualités et des intérêts associés deviendront un fardeau pour vous, ce qui va faire augmenter la somme totale en euros à rembourser sur la durée du prêt. De plus, cela peut également faire augmenter le taux d’intérêt car le prêteur préfère fixer un taux plus élevé pour compenser le risque financier perçu.

Freiner la réalisation du projet

L’épargne permet de faire face aux différents imprévus tout au long du projet (frais supplémentaires liés à l’achat immobilier, les fluctuations économiques, etc.). Alors, ne pas disposer de cette épargne de sécurité peut mettre en péril la réalisation du projet immobilier. Ce manque d’argent entraîne des situations financières délicates.

Oublier de déterminer sa capacité d'emprunt

La capacité d’emprunt est souvent négligée lorsque nous empruntons de l’argent. Pourtant, elle est très importante car elle impacte la faisabilité du projet immobilier. Elle a une influence sur votre stabilité financière à long terme.

Capacité d’emprunt : de quoi s’agit-il ?

En France, la capacité d’emprunt est la somme maximale en euros qu’une personne peut emprunter auprès d’un organisme prêteur. Elle est calculée selon ses revenus mensuels, ses charges financières et de la totalité de ses dépenses par mois.

Un emprunteur qui oublie de déterminer sa capacité d’emprunt peut rencontrer des difficultés financières ou des retards dans le virement du remboursement de votre prêt. Dans le pire des cas, il se peut qu’il n’aboutit pas à la finalisation du projet.

Comment puis-je déterminer ma capacité d’emprunt ?

Pour déterminer votre capacité d’emprunt, en premier lieu, vous devez évaluer vos revenus mensuels en considérant toutes vos entrées d’argent. Ces rentrées d’argent incluent les salaires et les revenus complémentaires. 

Ensuite, examinez vos charges mensuelles. Pour ce faire, prenez en compte vos dépenses courantes, vos crédits en cours et vos autres engagements financiers.

Enfin, mesurez votre taux d’endettement. La mesure du ratio d’endettement indique la part de vos revenus affectée au paiement du remboursement de vos obligations financières. Un niveau d’endettement excessif peut restreindre le montant que vous pouvez emprunter. En cas de taux d’endettement élevé, vous pourriez faire face à des défis lors du paiement du remboursement.

Négliger la constitution du dossier d'emprunt

L’une des erreurs courantes à éviter lorsque vous empruntez de l’argent est de négliger la constitution de votre dossier. En effet, votre dossier peut influencer la décision de la banque de vous accorder l’emprunt. Il impacte les conditions associées au crédit. Voilà pourquoi, lorsque vous empruntez, il faut que votre dossier soit à la fois complet et convaincant.

Un dossier de crédit bien constitué inclut des informations précises et à jour sur votre situation financière. Si la banque ne dispose pas de tous les documents nécessaires pour évaluer votre solvabilité, la réponse à votre demande de crédit peut tarder. Dans certains cas, cela peut même conduire à un refus. 

Pour vous aider à préparer votre demande de crédit et avoir une réponse positive le plus vite possible, voici les documents à présenter à l’établissement prêteur : 

  • Les documents personnels : Votre pièce d’identité (carte d’identité ou passeport), un  justificatif de votre situation familiale (livret de mariage, certificat de pacs, livret de famille), un justificatif de votre domicile actuel (de moins de 3 mois)

  • Les documents qui justifient vos ressources et vos revenus : Les trois derniers bulletins de salaire, les trois derniers relevés de compte, les deux derniers avis d’imposition, des justificatifs concernant l’apport personnel

  • Les documents liés au bien immobilier : Un avant-contrat signé pour un achat immobilier, un plan de la construction pour un projet de construction, un devis estimatif des travaux pour un crédit travaux rénovation, etc.

Lorsque vous constituez votre dossier, vous devez également soigner sa présentation. Une demande de crédit bien rédigé, avec des termes clairs et compréhensibles, renforce votre crédibilité. Négliger la qualité rédactionnelle de votre demande suscite des doutes et retarde la réponse liée au financement.

Omettre de négocier le taux d'intérêt offert par la banque

Lorsque vous empruntez, n’oubliez jamais de négocier le taux d’intérêt que l’on vous propose. En effet, le taux d’intérêt n’est pas fixe. Il peut être négocié avec la banque.

La négociation d’un taux prêt immobilier est très importante. Elle impacte le coût total du prêt et la facilité de remboursement, ce qui va vous permettre de réaliser des économies. Mais comment faire ses négociations ?

Pour négocier le taux d’intérêt, commencez par faire des recherches sur les taux d’intérêt en vigueur sur le marché. Aussi, comparer différentes offres provenant de différentes banques.

Une fois bien informé, vous pouvez engager la négociation avec la banque. Avant de négocier son crédit immobilier, préparer une argumentation solide. Vos arguments doivent toujours mettre en avant votre solvabilité ainsi que la relation établie avec la banque. En effet, certaines banques offrent même des taux préférentiels aux clients fidèles ou à ceux qui présentent un bon dossier financier.

Négliger la comparaison des diverses offres bancaires

Lorsque vous empruntez, n’oubliez jamais de comparer diverses offres bancaires. En comparant les offres bancaires, vous trouverez les conditions les plus avantageuses. Mais comment comparer les offres bancaires ?

Pour comparer les offres bancaires, collectez les propositions provenant de différentes banques. Une fois les offres collectées, comparez-les. Pour ce faire, prenez en compte les taux d’intérêt, les frais associés, les conditions de remboursement ainsi que les services annexes comme l’assurance emprunteur. Pour simplifier ce processus de comparaison, l’utilisation des outils de comparaison en ligne est une bonne idée. Ces outils fournissent une vue d’ensemble des offres disponibles. Ils mettent en évidence les différences clés.

La durée du prêt est un aspect crucial de la comparaison. Des prêts avec des durées différentes peuvent avoir des impacts significatifs sur le coût total du crédit et sur la facilité de remboursement. Il faut que vous trouviez un équilibre entre des mensualités abordables et un coût total raisonnable sur la durée du prêt.

Un autre élément à prendre en compte est la flexibilité du prêt. Certains prêts offrent des options de remboursement anticipé sans frais, tandis que d’autres peuvent imposer des pénalités. La possibilité de moduler les mensualités ou de reporter des paiements peut également être un critère important en fonction des circonstances personnelles.

La comparaison des offres bancaires ne se limite pas aux aspects financiers. La qualité du service client, la réputation de la banque, et la facilité d’accès aux informations liées au prêt sont également des facteurs à considérer. L’utilisation d’une application bancaire dédiée peut faciliter la gestion du prêt au quotidien et contribuer à une expérience plus fluide.

Ne pas accorder une attention suffisante à l'assurance emprunteur offerte par la banque

Lorsque vous empruntez de l’argent auprès d’une banque, en général, l’établissement bancaire choisi vous demandera de souscrire à une assurance emprunteur. Même si à première vue, l’assurance emprunteur n’est qu’un accessoire, sachez qu’elle occupe une place très importante dans votre protection financière ainsi que celle de votre famille. Alors, ne le négligez jamais. En effet, en cas de décès de l’emprunteur, elle protège sa famille. Elle le protège également en cas d’invalidité ou de perte d’emploi.

Lorsque vous souscrivez à une assurance emprunteur, faites attention aux termes du contrat d’assurance. Avant de signer le contrat, étudiez les garanties offertes, et les exclusions éventuelles.

Lors du choix d’assureur, ne souscrivez pas automatiquement à l’assurance proposée par la banque sans faire de comparaison. Avant de se décider, nous vous conseillons de comparer les autres offres sur le marché. En effet, vous pouvez choisir un contrat d’assurance externe si vous trouvez que ce contrat propose des conditions plus avantageuses par rapport au contrat proposé par la banque.

En choisissant votre assurance emprunteur, il faut bien faire les comparaison. Pour mener à bien cette comparaison, prenez en compte la durée du prêt et le montant emprunté en euros. De plus, n’oubliez pas que vous pouvez personnaliser votre assurance en fonction de vos besoins et de vos attentes. Ainsi, vous bénéficierez d’une protection optimale sans ajouter de coûts inutiles.

Ne pas se renseigner sur les aides possibles

Lorsque vous empruntez, une erreur courante à éviter est de ne pas se renseigner sur les aides possibles. En ignorant ces possibilités d’aides financières et de subventions, vous pouvez perdre de l’argent. Mais quelles sont les aides à considérer ?

Lorsque vous empruntez, renseignez-vous sur les dispositifs gouvernementaux. En France, le gouvernement a mis en place des dispositifs particuliers pour soutenir les particuliers dans leur projet immobilier. Alors, renseignez-vous car il existe des aides destinées à faciliter l’accession à la propriété, que ce soit sous forme de prêts à taux avantageux, de subventions, ou d’exonérations fiscales. 

Outre les dispositifs gouvernementaux, les banques proposent également des offres spéciales ou des avantages pour certaines catégories de particuliers. Se renseigner auprès de sa banque sur les conditions préférentielles réservées aux clients fidèles, aux jeunes emprunteurs, ou aux personnes bénéficiant de certains statuts peut permettre de bénéficier de conditions plus avantageuses.

Les organismes locaux, les associations, et les programmes spécifiques au logement peuvent également offrir des aides complémentaires. Ces ressources peuvent inclure des bourses, des prêts à taux zéro, ou d’autres formes de soutien financier. Se tenir informé de ces opportunités peut constituer un moyen supplémentaire de financer son projet immobilier de manière intelligente.

Sous-estimer les autres frais liés à l'emprunt d'argent

Lorsque vous empruntez, ne vous focalisez pas uniquement sur la somme du prêt et le taux d’intérêt. En effet, vous devez également prendre en compte les frais annexes. Si vous ignorez ou minimiser ces frais annexes, il se peut que vous rencontrez des problèmes financiers car ces frais peuvent également impacter le coût total du prêt et votre planification budgétaire. Mais quels sont ces frais ?

Les frais de dossier bancaires

Parmi les frais annexes, les frais de dossier bancaire exprimés en euros sont les plus importants. En effet, parfois, les banques appliquent des frais administratifs pour le traitement du prêt, la vérification des garanties, et la mise en place du dossier. Ces frais ne sont pas fixes. Ils varient d’une institution bancaire à l’autre. Ils doivent toujours être inclus dans le calcul du coût total de l’emprunt.

Les frais d’assurance

Deuxièmement, ne négligez pas les frais liés à votre contrat d’assurance. Ces frais incluent souvent les mensualités de remboursement. Ils peuvent représenter une part significative du coût global du prêt. 

Les frais de notaire

Les frais de notaire sont aussi un autre élément à prendre en compte. Si votre projet est d’acheter un bien immobilier, des frais de notaire sont généralement appliqués pour l’élaboration de l’acte de vente. Ces frais varient d’un bien à un autre. Ils dépendent de la valeur du bien et de la région où vous vivez. Si vous les omettez dans vos calculs, cela peut entraîner un écart budgétaire important.

Les impôts fonciers et la taxe d’habitation

Les impôts fonciers et la taxe d’habitation ne doivent pas être sous-estimée. Ces coûts, liés à la possession d’un bien immobilier, sont fixés selon votre localisation et la valeur du bien immobilier en question. Vous devez les inclure dans la planification budgétaire pour éviter des surprises fiscales désagréables.

Emprunt d'argent : ce qu'il faut retenir

En conclusion, aborder un emprunt d’argent avec prévoyance et discernement est impératif pour la concrétisation réussie de projets immobiliers en France. Éviter les huit erreurs évoquées, telles que négliger l’importance de l’épargne, sous-estimer la capacité d’emprunt, ou omettre la négociation du taux d’intérêt, est essentiel pour garantir un financement intelligent. Le dossier d’emprunt doit être soigneusement constitué, présenté avec clarté, et ne pas être négligé. Ce dossier influence directement les conditions de crédit. La comparaison des offres bancaires, tout en n’omettant pas de négocier les termes, s’avère cruciale pour trouver des conditions avantageuses. Accorder une attention particulière à l’assurance emprunteur et se renseigner sur les aides gouvernementales et bancaires disponibles peuvent contribuer à optimiser le coût global de l’emprunt. Enfin, ne pas sous-estimer les frais annexes tels que les frais de dossier, d’assurance, de notaire, et les impôts fonciers est essentiel pour une planification budgétaire réaliste. En adoptant ces pratiques, chaque particulier peut transformer son emprunt en un outil de financement durable, répondant à son besoin familial et à ses projets personnels.

 

Brice Barre

Brice Barre

Passionné d'immobilier et particulièrement d'investissement locatif, je suis très heureux de partager mes connaissances par l'intermédiaire de mes différents articles à destination des investisseurs particuliers.

Partager cet article