Expatrié et investissement immobilier

 

Pour bénéficier du statut de résident non-habituel, les “expatriés” ont généralement pour ambition de s’installer au Portugal en allant y acquérir un bien. Plusieurs étapes sont nécessaires : la découverte du pays afin de connaître le marché immobilier portugais, la recherche du bien, le financement du bien et l’acte d’achat.

Dans cet article on va parler uniquement du financement : l’apport en capital, le passage par une banque français ou portugaise, les taux d’emprunts et les garanties à apporter afin d’investir au Portugal.

1) Apporter son capital

Le prix du marché immobilier, au Portugal, est nettement inférieur à ce qui se pratique dans l’hexagone.

De plus en plus il n’est pas rare de voir des Français craquer pour un logement au Portugal et de s’y installer définitivement ou alors uniquement acheter un pied à terre voir même acheter un bien immobilier pour le louer : un investissement locatif.

Dans le cas où vous voudriez vous installer définitivement au Portugal et revendre votre résidence principale en France, sachez qu’il sera possible pour vous de financer la totalité de votre acquisition portugaise, voire racheter en France, un petit appartement vous permettant de revenir voir votre famille si vous.

Si ne vous souhaitez pas vendre votre résidence principale en France, n’ayez pas de crainte. Le financement du bien portugais pourra se faire depuis la France.  Les agences portugaises sont venues au-devant de la clientèle française, il y a déjà quelques années et aujourd’hui les français sont les principaux investisseurs étrangers sur l’immobilier au Portugal. Il en est de même pour les agences francophones proposant des ventes de logement à Lisbonne, en Algarve ou ailleurs dans le pays. Certaines ont même des locaux là-bas.

2) Le passage par une banque

Le financement peut se faire depuis le Portugal ou depuis le pays d’origine. Vous pourrez ainsi pour vous le plus simple et le moins cher.

Tout à d’abord on vous conseille d’aller voir votre banquier afin de connaître les ressources dont vous disposez pour investir. Par la suite, n’hésitez pas à aller voir les banques françaises qui sont beaucoup représentées au Portugal et inversement.

Les banques portugaises ayant une activité en France sont BPI, Caixa General de Dépositos, Banque BCP ou CIC Iberbanco. Les deux dernières banques se sont faites une spécialité sur le marché ouverts aux étrangers.

Elément également important, la monnaie courante au Portugal est l’euro, cela simplifie toutes les démarches, que ce soit pour vous, pour un banquier français ou encore pour un banquier portugais.

3) Les garanties et les taux d’emprunt

La première garantie demandée est en général un apport personnel de 20 %. Bien évidemment, les conditions de solvabilité des clients sont étudiées.

Si vous faîtes appel à une banque française, elle fera jouer l’hypothèque pour se garantir, ce qui peut faciliter la négociation. Elle vous proposera aussi un taux fixe. Les taux français étaient généralement plus intéressants en France, mais ils sont en train de baisser au Portugal et se rapprochent doucement de ceux pratiqués dans l’hexagone.

Toutefois, le Portugal a plutôt l’habitude de traiter des taux variables indexé à Euribor (taux des prêts entre banques européennes). Les taux peuvent changer tous les 3 mois. Même ce qui est appelé crédit à mensualité fixe au Portugal ne l’est que sur 5 ans et révisable ensuite

Cependant, la durée de remboursement au Portugal peut s’étaler jusqu’à 40, voire même 50 ans. Inutile de préciser que, pour un retraité francophone, il vaudra mieux oublier cette dernière solution…

Enfin, pour disposer d’un financement au Portugal, il faut posséder un NIF (numéro d’identification fiscale) qui pourra s’obtenir, en s’adressant à “Loja do Cidadao” avec un passeport ou une carte d’identité, un justificatif de domicile en France.

Vous pouvez également faire appel à un courtier pour gérer toute cette partie financière, ou alors vous pouvez vous tourner vers un programme immobilier ou tout sera déjà pensé pour vous.