Grand Paris - Conclusion: ce qu'il faut retenir

Tels sont donc les enjeux du Grand Paris. Il apparaît donc comme un concentré des principales questions de politique économique auxquelles sont confrontés les gouvernements. Il s’agit pour la région capitale en s’appuyant sur une gouvernance efficiente de maintenir sa position dans le monde et d’être compétitive et attractive en assurant à sa population un niveau de bien-être élevé, en respectant son environnement et en améliorant l'égalité socio-spatiale.

La mixité devrait être naturelle à la ville

grand-central-station-grand paris

Grand central station

Selon Jacques Ferrier, architecte conseil des gares du Grand Paris, une ville doit naturellement être multifonctionnelle. Cette mixité a été contrariée par ce qu'on appelle en termes techniques le zoning, par lequel certains quartiers ont été exclusivement dédiés à l'achat d'appartements et d'autres aux bureaux. Le modèle traditionnel d'une ville fusionnelle, c'est-à-dire d'une ville où les fonctions se superposaient, s'est ainsi retrouvé délaissé au profit des principes du Mouvement moderne. La France accuse donc un certain retard par rapport à des évolutions que l'on peut voir ailleurs en Europe, notamment dans les pays nordiques, où l'on constate une réelle participation citoyenne à la conception des espaces urbains, ou par rapport à la culture asiatique, où le foisonnement urbain est toujours extrêmement vivant. 

Le Grand Paris se doit d’être multifonctionnel

On est aujourd'hui arrivé à un point où il faut absolument remettre ce modèle en question: bénéficier d'une urbanité partagée, vécue, réellement sociale, implique que la ville le permette, le suscite, crée les conditions favorables à ces superpositions de fonctions et aussi à l'investissement locatif et résidence. C'est véritablement l'objectif des architectes et des urbanistes pour le Grand Paris.

L’exemple des lieux publics et de passage

En tant qu'architecte conseil des gares du Grand Paris, Jacques Ferrier met en avant le fait que la gare est bien souvent le seul bâtiment public traversé dans le parcours quotidien des voyageurs. Ils font le trajet, concrètement, pour aller de leur domicile à leur travail. Or ce bâtiment public et ses abords immédiats pourraient offrir la plus grand palette possible de services, d'offres commerciales, pour ne pas être uniquement un bâtiment efficace, mais aussi un bâtiment où l'on puisse faire une pause, attendre quelqu'un, se rencontrer. 

Le mot de la fin

C’est toute la question des atouts présents et en construction de la métropole parisienne qui est posée ici. Seront-ils suffisamment grands pour qu’elle conserve le rang qui est le sien aujourd’hui dans les réseaux urbains internationaux ? L’histoire des métropoles est faite d’ascensions, de permanences et de chutes. Les grandes villes qui ont survécu aux changements socio-économiques et politiques ont souvent en commun d’être diversifiées. La diversité semble être un gage de stabilité et d’attractivité, en particulier dans le processus de globalisation actuel, où les économies d’urbanisation se généralisent au niveau global.